Égypte 2011 : des millions de personnes se sont héroïquement soulevées ...l’avenir est à écrire

Une déclaration de Bob Avakian

Translations:

English  |  Spanish  |  Arabic  |  German  |  French

 

Le 11 févier 2011/

Des millions d’Égyptiens, appartenant à toutes les milieux, et tirant leur inspiration du peuple tunisien, se sont soulevés à leur tour héroïquement, et ont défié le régime haï de Hosni Moubarak, forçant celui-ci à démissionner. Cet événement a battu en brèche cette vieille idée selon laquelle« les choses ne peuvent jamais changer ». C’est une puissante démonstration de ce qu'il n’y a aucune nécessité permanente de l'état de choses actuel par lesquelles la grande majorité de l’humanité vit dans de si terribles souffrances. Les peuples opprimés et les peuples qui aspirent à mettre un terme à toute forme d’oppression dans tous les pays du monde ont profondément partagé la joie et l'espoir de ces soulèvements massifs. Et l'enthousiasme pour la révolte continue de se propager.

Cependant, et bien que Moubarak se soit retiré, ce sont toujours essentiellement les mêmes forces qui ont si cruellement dominé et exploité le peuple égyptien qui restent au pouvoir. En dépit de leurs sermons mielleux à la louange des masses de la jeunesse et d'autres couches du peuple insurgées, en dépit de leurs promesses de « liberté » et de « démocratie », elles sont en réalité bien déterminées à mener à bien une « transition » qui les assurent contre tout changement fondamental - en sorte que, quels que soit les nouveaux arrangements conçus dans le processus politique, les grandes masses du peuple, en Égypte, en Palestine, et dans les autres pays d'importance stratégique pour l'impérialisme US, restent soumises aux mêmes conditions insupportables. En définitive, les forces armées égyptiennes – celles-là même qui sont supposées mener à bien la « transition » - sont bien les mêmes forces qui ont fidèlement et brutalement soutenu le régime de Moubarak pendant que les dirigeants militaires s'enrichissaient au point de devenir les plus grands exploiteurs du peuple égyptien ; et les impérialistes des États-Unis - ceux qui ont pleinement soutenu Moubarak et sa clique, les maintenant au pouvoir pendant trois décennies sans le moindre égard pour les souffrances du peuple - sont bien les mêmes impérialistes qui veulent encore faire la pluie et le beau temps et qui veulent donner les ordres ultimes sur ce que devra être la « transition » en Egypte.

Les plans et les projets de ces oppresseurs et de ces exploiteurs n'ont RIEN à voir avec les aspirations et les besoins des masses populaires. D'elles seules vient ce cri de liberté, et la lutte doit être menée plus avant jusqu'à l'accomplissement de la liberté réelle. Liberté, contre le diktat des impérialistes et de leurs acolytes locaux, liberté contre toute les formes d'oppression et d'exploitation. Liberté, aussi bien contre les forces rétrogrades qui voudrait asservir les femmes comme le peuple entier dans l'obscurantisme et l'oppression du Moyen-Âge, que contre ces autres forces rétrogrades qui voudraient asservir le peuple au nom de la « démocratie », de la « liberté », et de tout ce que l'exploitation capitaliste et impérialiste appelle le « progrès ».

L'histoire a vu fréquemment, et ce fut le cas en Égypte aussi bien qu'en Tunisie, la domination impérialiste ainsi que celle de ses exploiteurs locaux concentrée sous les espèces du régime d'un « homme fort », autant dire d'un boucher. Ce fut le cas, par exemple, en Iran, avec les chambres de torture du Shah, aux Philippines sous la tyrannie de Marcos, et en Indonésie sous le règne long et monstrueux de Suharto - toutes dictatures brutales mise en place et longtemps maintenues au pouvoir par l'impérialisme US. En Iran, à la fin des années 70, aux Philippines dans les années 80, en Indonésie plus récemment, des soulèvements massifs du peuple ont contraint les impérialistes à mettre sur la touche ces tyrans exécrés afin de permettre quelques changements. Mais dans chacun des cas, le résultat ne fut jamais celui qui aurait pu mener à une liberté réelle de ces peuples. Bien au contraire, ils continuèrent à être assujettis à la domination cruelle de ceux qui avaient remplacé les anciens tyrans honnis, pendant que ces pays restaient dans le cadre général de la domination et de l'exploitation impérialistes globales. Mais l'expérience historique a aussi montré que la la continuation de la domination n'est PAS la seule issue possible.

En Russie, en février 1917, un autre despote brutal, le Tzar, monarque absolu, fut renversé par l'insurrection populaire. Là encore, les États-Unis, les britanniques et autres impérialistes, comme aussi les capitalistes russes, tentèrent de prolonger l'oppression du peuple russe en une forme nouvelle, recourant aux mécanismes des « règles démocratiques » et d'élections, qui, en permettant la participation de différents partis, étaient encore totalement contrôlés par les exploiteurs du peuple et destinés à assurer la continuation de leur domination et des souffrances des masses populaires. Mais dans ce cas, toutefois, les masses populaires furent en mesure de percer toutes ces manœuvres et manipulations et de mener à bien leur soulèvement révolutionnaire. Au terme de différentes péripéties, elle réussirent en octobre 1917 à écarter et à démanteler les institutions et les mécanismes de la dictature bourgeoise et à établir un nouveau système politique et économique, le socialisme, lequel avança, pendant plusieurs décennies dans la direction de l'abolition des rapports d'exploitation et d'oppression, comme partie intégrante de la lutte mondiale ayant pour but final le communisme. La différence cruciale résidait en ce que, dans les soulèvements de Russie, il y avait un noyau dirigeant, une direction communiste, qui avait une compréhension claire et scientifiquement fondée de la nature du système d'oppression dans son entier (et non de tel ou tel aspect de la tyrannie) - une compréhension de la nécessité de poursuivre la lutte révolutionnaire, non seulement pour se débarrasser d'un potentat particulier, mais pour abolir le système dans sa totalité et le remplacer par un autre qui seul donnerait réellement corps et vie à la liberté, ainsi qu'aux intérêts les plus fondamentaux du peuple dans son aspiration à abolir toute oppression et toute exploitation.

Bien que la révolution Russe fut en définitive renversée et le capitalisme restauré dans les années cinquante, en sorte que la Russie d'aujourd'hui ne cherche même plus à masquer le fait qu'elle est une puissance capitaliste et impérialiste, les leçons de la Révolution de 1917 restent encore valables, et sont particulièrement décisives pour les temps présents. La leçon la plus décisive est la suivante : quand les masses populaires, par millions, s'affranchissent enfin des contraintes qui les empêchaient de soulever contre les oppresseurs et leurs bourreaux, la question de savoir si leur lutte et leur sacrifice héroïques conduiront réellement, ou non, à un changement véritable dans la voie de l'abolition de toute exploitation et oppression, dépend de la question de savoir s'il y a, ou non, une direction communiste, dotée de la compréhension et de la méthode scientifiques nécessaires : sur cette seule base peuvent se développer la vision stratégique requise, ainsi que l'influence et les liens organisationnels au sein d'une portion croissante du peuple, afin de mener l'insurrection populaire dans tous ses épisodes, vers le but d'une transformation réelle et révolutionnaire de la société, transformation conforme aux intérêts fondamentaux du peuple. Et, en retour, quand les peuples rompent massivement avec la « routine normale », c'est-à-dire avec les chaînes étroites des rapports d'oppression dans lesquelles ils sont habituellement tenus et sous le poids desquelles ils croulent, quand ils émergent et se soulèvent par millions, c'est le moment crucial pour l'organisation communiste d'approfondir ses liens avec le masses, renforçant ses rangs et sa capacité de direction. Si une telle organisation communiste n'existe pas encore ou n'existe que sous formes de fragments isolés, c'est alors le moment décisif de forger et de développer l'organisation communiste, de relever le défi d'étudier et d'appliquer la théorie communiste d'une manière vivante, au beau milieu des situations et des tumultes, de viser à développer continuellement la liaison avec les masses, afin de mener et de les guider en nombre croissant dans la seule voie révolutionnaire qui représente leurs intérêts les plus hauts et les plus fondamentaux, la voie de la révolution communiste.

Dans mes écrits et discours, dans « Communisme : le commencement d'une nouvelle étape - Manifeste du Parti Communiste Révolutionnaire des USA », ainsi que dans d'autre publications majeures de notre Parti, nous avons voulu tirer le plus profondément et le plus complètement possible les leçons critiques de l'expérience de la révolution communiste et des sociétés socialistes auxquelles elle a donné lieu - des grands et réels succès, comme des graves erreurs et régressions -, d'apprendre des plus vastes expériences des sociétés humaines et de leur développement historique, afin de contribuer de toutes nos forces au progrès du combat révolutionnaire et de l'émancipation des peuples opprimés de la terre. Comme le dit la Charte de notre Parti :

« Le Parti Communiste des USA a pris la responsabilité de diriger la révolution aux États-Unis d'Amérique, le ventre de la bête impérialiste, comme sa part principale à la révolution mondiale et dans la visée ultime du communisme ... »

« L'émancipation de l'humanité toute entière : c'est cela, et rien moins que cela, notre but ! Il n'y a pas de plus grande cause, ni de plus grand projet, à quoi consacrer nos vies. »

C'est dans cet esprit, avec cette orientation et cette visée, que je présente mon soutien et mes encouragements les plus cordiaux aux millions de personnes qui se sont soulevées. A tous ceux qui veulent sincèrement voir cette lutte héroïque des masses opprimées se développer, avec sa nécessaire direction, dans la voie d'une transformation révolutionnaire réelle de la société et dans la voie d'une libération authentique, nous disons : Engagez vous et adoptez fermement le point de vue et les buts du communisme, prenez en main la tâche de lui donner son expression organisée, une influence et une présence grandissantes au beau milieu des masses en lutte !

(Reproduit du journal Revolution, revcom.us / Publications du RCP, Box 3486 Merchandise Mart, IL 60654)